Découvrez ou redécouvrez la musique kitsch, rétro et décalée proposée par notre équipe d’experts en kitschologie : Olivier, Sophie, Céline et le Professeur Depuipeu.

Nous réunissons toutes ces œuvres musicales, oubliées ou jamais connues, dans notre « kitschenette », pour vous mitonner une cuisine sonore nouvelle et non calorique (ou si peu…) aux parfums inédits et savoureux ! Pour le meilleur et pour le rire…

Faisons plus ample connaissance avec l’équipe :

    

    

Ton titre officiel dans « Kitsch et Net » ?

OLIVIER : Animateur-producteur… Maître Kitsch, passeur de plats et « combleur » de vides.

SOPHIE : Kitschouille.

CELINE : Chic&Kitch !

PROFESSEUR DEPUIPEU : « Professeur », au sein de notre éminent institut de Kitschologie.

Ton rôle dans l’émission ?

OLIVIER : Organisateur de ce joyeux bazar !

SOPHIE : Manger de la ratatouille, préparer une bonne tambouille, être une fripouille, faire des chatouilles, me gratter les c…(ah bah nan zut ça je peux pas…)

CELINE : Chrokitcheuse désinvolte.

PROFESSEUR DEPUIPEU : Responsable technique des émissions…et larbin.

Comment es-tu arrivé(e) dans l’émission ?

OLIVIER : Un soir, alors que j’étais dans ma Kitchenette et que je ratais ma sauce béchamel, je me suis dit : « Tiens, et si j’en faisais une émission ? ».

SOPHIE : En pleine séance de méditation, j’ai entendu l’appel du Maître Kitsch. Une lumière foudroyante est apparue et je me suis retrouvée propulsée sur mon siège, ici, avec vous.

CELINE : Il faisait beau, il faisait chaud, temps idéal pour un tango, je suis passée près du studio, j’ai trouvé le son rigolo, alors, j’ai poussé la porte et j’ai dit Hellooooooo !

PROFESSEUR DEPUIPEU : Par la porte.

Comment te définirais-tu en trois mots ?

OLIVIER : « Kitsch », « Et », « Net ».

SOPHIE : Arsouille, fripouille, qui aime faire la chouille !

CELINE : Cool, Trocoool, Archicooooool.

PROFESSEUR DEPUIPEU : « Physique de radio »… Plus précisément, d’un technicien de radio !

Pour toi, qu’est-ce que le kitsch ?

OLIVIER : Ce petit rien qui fait que la perfection n’existe pas…

SOPHIE : Le kitsch c’est le truc que tout le monde critique mais que tout le monde adore ! C’est ridicule, bourré de nostalgie, drôle à souhait, improbable, mais c’est un vrai doudou pour le moral !
Ce qui est tendance aujourd’hui sera probablement kitch demain. Et c’est pour cela qu’on s’en souviendra ! Le kitsch c’est magique !

CELINE : C’est le ridicule audacieusement poussé à l’extrême pour qu’il en devienne so hype !

PROFESSEUR DEPUIPEU : Ce qui était sérieux il y a quelques années…et qui est drôle maintenant.

L’objet que tu trouves le plus kitsch ?

OLIVIER : Le Scoubidou… Laid, totalement inutile, et surtout que je n’arrivais jamais à finir !!!

SOPHIE : Le nain de jardin ! Certains jardins en sont remplis ! C’est kitsch de chez kitsch ! Je m’attends toujours à voir le propriétaire des lieux sortir de chez lui en chaussettes et claquettes…

CELINE : Le pull en laine qui gratte made by Mamy avec ton prénom dessus.

PROFESSEUR DEPUIPEU : Le dernier préservatif que j’ai utilisé !

Le personnage que tu trouves le plus kitsch ?

OLIVIER : Michel Daerden, ce défunt politicien belge dont la légende dit que quelqu’un, un jour, l’aurait vu boire de l’eau…

SOPHIE : Steve Urkel, le héros de la série « La vie de famille », qui m’a fait mourir de rire durant mon enfance et mon adolescence !

CELINE : Annie Cordy.

PROFESSEUR DEPUIPEU : Olivier Barrot, présentateur d’«Un livre, un jour », sur France 3. Un « visiteur » d’un autre temps égaré dans l’époque actuelle…

La situation la plus kitsch qui te soit arrivée ?

OLIVIER : Débarquer dans une soirée Réveillon et embrasser tout le monde : adultes, enfants, séniors, chiens, chats, poissons rouges… Et, alors que je servais à tous mon champagne, me rendre compte que je ne connais personne, et que mon Réveillon à moi est dans la maison d’en face !

SOPHIE : Faire une remise de prix dans un stade de foot et me retrouver en slip devant tout le monde après que quelqu’un ait marché sur la traîne de ma robe.

CELINE : Rejoindre la fine et folle équipe de Kitch et Net, pardi !!!

PROFESSEUR DEPUIPEU : Je ne me souvenais plus qu’en Australie, on conduisait à gauche. J’ai donc risqué ma vie pendant 5 minutes en restant à droite…

Ton disque kitsch culte ?

OLIVIER : « Fantaisie pour ma voix-voie », d’Alain Saverot. Chanter « Pipipipi » pendant une chanson entière, et être fait Chevalier des Arts et Lettres par Jacques Toubon, il fallait le faire !

SOPHIE : C’est le générique de « Gym Tonic », avec Véronique et Davina. « Toutouyoutou »… J’ADOOOORRRREEEE !!!!

CELINE : « Célimène », de David Martial. Bien sûr, avec un prénom comme le mien, je n’ai jamais pu y échapper… Merci Maman !!!

PROFESSEUR DEPUIPEU : « Jolie Poupée », de Bernard Menez. Ce 45 tours fut premier devant « Thriller » de Michael Jackson, qui a dû se dire : « Mais c’est qui ce blaireau ? ».

Si vous n’avez jamais écouté notre émission, voici un petit avant-goût ci-dessous :

Parfois aussi, des animateurs des saisons précédentes reviennent parmi nous « hanter » l’émission pour notre plus grand plaisir : Gaëlle, Clément, Sandrine, Julien, Charlène, Thierry, Marie, Pierre-Alain, Frédérique et Nathalie. Voici ci-dessous de quoi en savoir plus sur les glorieux anciens qui, eux aussi, ont fait Kitsch et Net :

Ton titre officiel dans « Kitsch et Net » ?

GAËLLE : Miss Kitsch.

CLEMENT : Kitschologue, un métier en vogue !

SANDRINE : La Fée Kitsch.

JULIEN : Le Kitsch-awan, un jeune padawan qui veut devenir un Maître Jedi du Kitsch !

CHARLENE : La Kitscheuse.

THIERRY : Consultant et paléontologue de la kitschologie.

MARIE : La Princesse Kitscheia.

PIERRE-ALAIN : Kitsch’o Lardon….avec l’accent please.

FREDERIQUE : Miss KitschCool.

NATHALIE : La Kitschnana.

Ton rôle dans l’émission ?

GAËLLE : La blonde…

CLEMENT : Analyste musical (dix ans d’études !), et découvreur de talents du Net.

SANDRINE : Apporter un peu de douceur, de magie… et de féerie.

JULIEN : Maîtriser le Kitsch laser et piquer la Force du Kitsch dans chacun de mes petits camarades Jedi.

CHARLENE : Remplacer les absents ! 🙂 Et faire sortir le kitsch qui est en nous !

THIERRY : Etre là. 😉

MARIE : Redonner au kitsch ses lettres de noblesse et l’établir au rang d’Art suprême (mon côté artiste sûrement !).

PIERRE-ALAIN : Je temporise, j’interviewe, j’ajoute du sel…et du poivre.

FREDERIQUE : Je m’efforce de mettre un zeste de « coolitude » quand je viens…

NATHALIE : Graphiste web, créatrice des logos et « webmasteresse ».

Comment es-tu arrivé(e) dans l’émission ?

GAËLLE : Promotion canapé !

CLEMENT : Par piston. Mais promis, je n’ai pas couché !

SANDRINE : Suite à un énorme casting international dont la finale eut lieu en Picardie !

JULIEN : Après m’être égaré dans le Côté Obscur auprès de Dark Kitsch-ador, j’ai vu de la lumière dans la Kitchenette d’Olivier et je suis entré. (et je confirme, sa sauce béchamel était vraiment ratée…)

CHARLENE : Par hasard ! Olivier m’a convié et j’ai dit oui, je ne suis pas contrariante !

THIERRY : L’émission est arrivée à moi…comme le kitsch et arrivé à moi, et comme je suis arrivé au monde… Bref, nous sommes en symbiose cosmique !

MARIE : Michel Sardou mène à tout 😉

PIERRE-ALAIN : Grâce à d’anciennes rencontres radiophoniques

FREDERIQUE : En tant qu’invitée par le biais de Kitsch O Lardons. Ensuite, l’équipe des kitschologues m’a réinvitée et j’ai trouvé ça chic…et kitsch !

NATHALIE : Olivier m’y a conviée.

Comment te définirais-tu en trois mots ?

GAËLLE : Maladroite, impatiente, mais atta…« chiante » !

CLEMENT : Gentil, gentil et gentil.

SANDRINE : Femme, femme, femme.

JULIEN : Passionné, patient et pas chiant !

CHARLENE : Plutôt sympa, joviale et curieuse… Mais après c’est à vous de me dire !

THIERRY : Curieux, caractériel, emmerdeur….

MARIE : Impertinente, nature et (complètement) allumée.

PIERRE-ALAIN : Un jeune vieux, un optimiste, un nostalgique

FREDERIQUE : Je suis curieuse, rêveuse et j’aime la tranquillité (pour pouvoir rêvasser…).

NATHALIE : Curieuse, joyeuse et malicieuse.

Pour toi, qu’est-ce que le kitsch ?

GAËLLE : La « Hype Attitude » !

CLEMENT : Une émotion défendue par un artiste, qui d’un coup laisse place au rire…

SANDRINE : C’est ce détail qui transforme un moment, un objet, une musique… en quelque chose de risible et de rassurant.

JULIEN : A une lettre près, le kitsch c’est comme le kirsch : ça passe toujours mais jamais sans piquer, soit les oreilles soit la gorge.

CHARLENE : Les vieilles choses revisitées, les années 80 dans leur ensemble, le mauvais gout mais assumé !

THIERRY : C’est comme la boule à facettes dans mon salon. On se demande ce que ça fait là, mais on trouve ça beau !

MARIE : Un art qui ne se prend pas au sérieux. On ne naît pas kitsch, on le devient et c’est une qualification qu’on ne peut pas s’octroyer soi-même. Un genre de dadaïsme du 21e siècle quoi !

PIERRE-ALAIN : C’est quelque chose qui bouge toujours et donc qui n’est pas mort et qui a besoin de « revival ».

FREDERIQUE : Une attitude décalée, le souvenir de ce qui nous faisait kiffer il y a 20 ans mais qui a mal vieilli.

NATHALIE : Le décalage drôle et haut en couleur d’un objet délirant ou désuet, d’une situation non-conformiste, d’une musique qui peut nous rendre nostalgique et nous faire mourir de rire !!!

L’objet que tu trouves le plus kitsch ?

GAËLLE : Un rouleau de PQ…

CLEMENT : Le Diabolo, que presque tout le monde a oublié !

SANDRINE : La boite à Meuh.

JULIEN : La banane, cette petite sacoche de touriste qui se porte autour de la taille… Particulièrement ridicule et un régal pour les pickpockets !

CHARLENE : C’est pas vraiment un objet mais je pense aux tenues de ski des années 80, bien flashies à l’époque avec le stick fluo que tu mettais sur les lèvres !

THIERRY : La lampe violette en forme de phallus en érection, qui est posée au pied de la télévision…

MARIE : N’importe quel objet d’un intérieur anglais. La grande Bretagne a définitivement le monopole de la déco kitsch.

PIERRE-ALAIN : Le tabouret en plastique de couleur orange où l’on peut ranger des choses dedans.

FREDERIQUE : Le chapeau à l’arrière des voitures pour cacher le rouleau de papier toilette que certains embarquaient sur la route des vacances dans les années 80…pas discret !

NATHALIE : Le chien qui balance sa tête à l’arrière des voitures…

Le personnage que tu trouves le plus kitsch ?

GAËLLE : Bernard Thibault, ancien secrétaire général de la CGT. Pour son look !

CLEMENT : Pierre Billon, pour sa « Bamba triste » !

SANDRINE : Shiva, la divinité hindoue possédant quatre bras. Enfin, plutôt les représentations indiennes de Shiva.

JULIEN : Yvette Horner, je ne sais pas si c’est pour son accordéon ou pour sa grosse touffe rouge…

CHARLENE : Ce qui me vient là, comme ça, c’est Carlos ! On ne peut pas oublier « Big Bisous » et sa dégaine était tout simplement magique !

THIERRY : Jean-Claude Van Damme ! Parce qu’il représente la phase kitsch de la philosophie.

MARIE : Chantal Goya. Regardez le clip de « dounidounidouniday », tout y est collector…

PIERRE-ALAIN : Jean Claude Bourret.

FREDERIQUE : Denise Fabre.

NATHALIE : Le regretté Sim.

La situation la plus kitsch qui te soit arrivée ?

GAËLLE : En voiture, je voulais changer de vitesse…et le levier m’est resté dans la main.

CLEMENT : Faire de la musique sur scène pendant près d’une minute, alors que l’on ne m’entendait pas du tout car l’ampli n’était pas branché.

SANDRINE : Etre envoyée sur un casting pour jouer dans un film et me rendre compte au bout de 10 minutes que c’était un film porno !

JULIEN : Critiquer avec virulence un ancien prof de technologie à un mariage et découvrir qu’en fait, ce même prof faisait partie de la famille du marié et qu’il était assis à quelques tables de moi, sans m’en rendre compte. Et après ça, ne plus savoir où me mettre…

CHARLENE : Je suis descendue en vacances dans le sud de la France et je n’avais pas de voiture pour me déplacer. La mère d’une amie m’a dit : « j’ai ce qu’il te faut pour te dépanner », et pendant 15 jours j’ai roulé en 205 « sacré numéro » avec toit ouvrant s’il vous plait! J’étais so kistch et so eighties !

THIERRY : Je faisais du stop en Vendée parce que la voiture refusait de démarrer. Une heure plus tard, les seuls qui se sont arrêtés étaient un couple de beatniks en bus Volkswagen. Assis à l’arrière à côté d’un chien puant, j’ai supporté la fumée pendant cinq kilomètres…

MARIE : Me moquer du petit coup de soleil d’une copine et me rendre compte une heure après que j’en ai un bien pire dans le dos avec tous les détails de mon maillot de bain en surimpression. La hon-te.

PIERRE-ALAIN : Une soirée années 70 mais je n’étais pas prévenu du thème : les filles présentes m’ont déshabillé et déguisé.

FREDERIQUE : Quand je discutais avec un indien de New Delhi et qu’il me disait « Ah ! France ! Paris ! Tati ! Great », j’ai jamais su si il me parlait du réalisateur Jacques Tati ou du magasin discount et comme je ne voulais pas faire de bourde, j’ai répondu, laconique : « Oh yes, great, Tati »… On s’en sort comme on peut…

NATHALIE : Etre déguisée et grimée dans une soirée pas déguisée…

Ton disque kitsch culte ?

GAËLLE : « Madame Sardine », de Pierre Richard. Aussi maladroit que moi !

CLEMENT : « Hypnose », de Dominique Webb. Cette chanson n’a eu absolument aucun effet sur moi…

SANDRINE : « Femme libérée », de Cookie Dingler. Plus de 25 ans après sa création, cette chanson parle encore à toutes les femmes…

JULIEN : « Cuitas les bananas » de Philippe Risoli. « Elles sont cuitas les bananas, découpées en dos les patatos »… C’est juste pas possible d’écrire ça !

CHARLENE « Tu m’oublieras », de Larusso. Et en plus, je la connais par cœur !

THIERRY : « Reggae Babu », de Furax. Un peu de respect pour « Signé Furax », merde !

MARIE : « Les autres sont jaloux » de Yianna Katsoulos. Un monument. Comme elle l’a dit, «les hommes français sont … femmes fatales » ! Cette femme est mon idole.

PIERRE-ALAIN : « Besoin de rien envie de toi » de Peter et Sloane…

FREDERIQUE : « C’est comme ça » des Rita Mitsouko. Ca colle à la tête…

NATHALIE : « L’apérobic », des Charlots.